Make your own free website on Tripod.com
Rose
Rose MASSON DOMPIERRE
(1931-...)
Quatrième d'une famille de onze enfants, Rose Masson Dompierre est née à Sainte-Clothilde-de-Horton .  Diplômée de l'école Normale de Saint-Léonard-d'Aston, elle enseigne que peu de temps, car elle doit faire un séjour de trois ans au sanatorium.  Pendant cette période, elle collabore au journal de l'hôpital, L'Accueil, en écrivant récits et poésie.  D'ailleurs, depuis son tout jeune âge, elle aime écrire. À l'école, elle se classe bonne première en français, en rédaction et en dissertation.

Après son mariage en 1956, elle écrit pour les journaux locaux des villes minières (Val-d'Or et Chibougamau), où elle et son mari François Dompierre séjournent, soit en relatant des faits et des activités régionales, soit en participant à des concours d'écriture : contes, récits, etc.  Cependant, elle se mit sérieusement à l'écriture seulement après que ses quatre enfants furent aux études.

En 1982, Rose Dompierre signe un premier livre, " L'enfant des fleurs ", qui est un conte pour tout âge, illustré par sa fille Pascale et publié par Les Éditions La Liberté en 1982.  Ce livre est bien accueilli par le public qui le compare au Petit Prince de Saint-Exupéry.  Les dessins de Pascale y ajoutent une note de fraîcheur.  Ce livre et son auteure sont l'objet d'un beau reportage dans le supplément Crayons de Soleil du journal Le Soleil, le 21 janvier 1983. D'autres journaux lui réservent aussi une critique élogieuse.

En 1985, Rose Masson Dompierre et sa fille Pascale signent un recueil de poésie, "Retour des âges ". Illustré par Pascale, publié par Les Éditions à Mains Nues, ce livre fait le sujet d'un reportage en France dans Les Cahiers poétiques et artistiques de Normandie : Art et Poésie, printemps 1987, No 117/33.  Le titre du reportage : Rose, Pascale et Moïra Dompierre, trois femmes poètes, la mère et ses deux filles. Il faut savoir que Moïra, la cadette des filles, est aussi écrivain.  Elle publie depuis l'âge de 13 ans.

Dans les années 80, Rose Masson Dompierre participe à de nombreuses soirées de poésie. Membre de la Société des écrivains du Canada, elle est présente pour différents éditeurs lors des Salons du livre, à Drummondville et à Québec.

En 1981, Jeannette Vekeman Masson (mère de Rose Masson Dompierre) publie "Grand-maman raconte la Grosse Île ", (Éditions La Liberté).  Ce livre suscite un grand intérêt pour cette île qui servit de station de quarantaine pour les arrivants au pays de 1832 à 1937.  C'est grâce à ce livre que la Grosse Île est devenue aujourd'hui un lieu historique national.  Rose Masson Dompierre aide sa mère à mettre en évidence le grand potentiel historique de cette île en interviewant les personnes qui ont habité à la Grosse Île, en empruntant leurs photos, en donnant des conférences, en fournissant de la documentation pour des programmes télévisés, des émissions de radio et des films ayant pour sujet différents aspects de l'histoire de Grosse Île.

Depuis près d'une vingtaine d'années, Rose Masson Dompierre creuse différents dossiers concernant la Grosse Île.  Elle est devenue une experte dans l'histoire de cette île. Cela l'a amenée à écrire, avec Marianna O'Gallagher, l'histoire de 1847 où des milliers d'Irlandais arrivèrent à la Grosse Île, pauvres, malades, mourants ou morts.  Des écrits antérieurs avaient complètement faussé l'histoire de 1847 et il importait de retourner aux documents originaux et de décrire la réalité de cette époque tragique.

En 1995, Rose Masson Dompierre et Marianna O'Gallagher, aux Éditions Livres Carraig Books publient simultanément, en français et en anglais, deux livres qu'elles signent comme coauteures : Les Témoins parlent - Grosse Île - 1847 et Eyewitness - Grosse Isle - 1847.

Ces livres sont désormais des références.  Ils ont fait l'objet de reportages, de conférences, de critiques favorables dans de nombreux journaux.  Ils sont achetés partout au Canada, voire aux États-Unis et en Irlande, surtout en 1997, année de la commémoration du 150e anniversaire de la famine en Irlande, de l'immigration massive des Irlandais vers l'Amérique du Nord et de l'épidémie du typhus.

C'est avec la publication de ces livres et à la demande expresse des Éditions Livres Carraig Books que Rose Dompierre intercale le mot Masson à son patronyme afin que le lecteur identifie rapidement cette auteure à la Grosse Île où ses ancêtres Masson vécurent pendant quatre générations.

Sa mère Jeannette Vekeman (mariée à Éméril Masson) vécut, elle aussi à la Grosse Île, soit de 1906 à 1916, période où son père Gustave Vekeman, journaliste et écrivain, était interprète à la station de quarantaine à la Grosse Île.

En 1998, consciente de la mission que la Corporation pour la mise en valeur de la Grosse Île inc. lui avait confiée en 1984, celle de représenter les citoyens de la Grosse Île, Rose Masson Dompierre signe un autre livre, " Les Masson de la Grosse Île racontent... " Dans ce livre, l'auteure tâche de donner aux employés et à leur famille la place qui leur revient dans le site historique national qu'est devenue la Grosse Île.  Pour en démontrer l'importance, elle écrit à travers la généalogie et la biographie des Masson, l'histoire du "village Grosse Île".  L'auteure ne pouvait parler de ses ancêtres Masson sans évoquer tous ceux qui résidèrent à la Grosse Île au service des arrivants au pays.  Ces gens venaient particulièrement de l'archipel de l'île aux Grues et de la Côte-du-Sud, notamment de Montmagny, Cap-Saint-Ignace, Berthier-sur-Mer.

Les Masson de la Grosse Île racontent..., ce livre de 936 pages et 700 photos est le résultat d'une quinzaine d'années de recherches.  Il est basé sur des documents officiels : registres de paroisse et d'école, lettres, écrits, témoignages de la famille Masson et d'anciens résidants de la Grosse Île.  Tous les documents consultés et les témoignages amènent l'auteure à cette conclusion : "Grosse Île fut un village extraordinaire où immigration, quarantaine et accueil se confondaient, où le dévouement faisait partie du quotidien."

Grâce à une mise en pages soignée (par François Dompierre, mari de l'auteure) où les photos suivent le texte, ce livre est une référence, une bible, une façon nouvelle de faire une généalogie.  La Corporation pour la mise en valeur de la Grosse Île inc. publie le livre et en assume le lancement le 18 novembre 1998 au Centre éducatif des migrations à Montmagny : un lancement qui fait courir dignitaires, journalistes, réalisateurs et public.

En avril 2001, elle fait le lancement de son petit dernier soit " Les contes de Roshâ ". Une visite au pays de votre enfance vous attend, assurément.


Documentation par : Cécile Gouin